Logo Marc Giraud

Auteur d’une quarantaine de livres sur la nature, chroniqueur animalier sur RTL et Bel RTL, scénariste (série « La France sauvage » pour Arte), porte-parole de l’ASPAS, participant à de nombreux débats télé mais arpentant le plus souvent possible le terrain, j’essaie toujours de transmettre cette réjouissante évidence : l’extraordinaire se cache dans l’ordinaire. Bienvenue sur mon site naturel !

Le

N’oublions jamais que la crise sanitaire planétaire que vit actuellement l’humanité vient de son mépris de la nature et des animaux. De pauvres animaux confinés (eh oui) dans un marché sordide, un virus qui passe la barrière des espèces jusqu’à un Chinois, probablement riche et amateur de viande (très chère) de pangolin, et tout éclate, tout se révèle et nous revient dans la figure comme un boomerang.

En savoir plus

Le

texte alternatif a remplacer

L’ASPAS (Association pour la protection des animaux sauvages) n’attend ni les politiques ni les subventions pour agir.

Photo de Madline Rubin

En savoir plus

Le

texte alternatif a remplacer

La biodiversité, on en parle beaucoup, mais qui sait vraiment de quoi il s’agit ?

En savoir plus

.01

Actualités

Des coups de griffe et des coups de cœur

En savoir plus

.02

sons et vidéos

Une sélection de sons et de vidéos des chroniques radios

En savoir plus

.03

Livres

Ma bibliographie, avec les présentations des éditeurs et quelques fioritures

En savoir plus

.04

histoires d'animaux

Parce que les animaux sont étonnants...

En savoir plus

Une chouette aussi grande qu’un éléphant !

Les hommes préhistoriques ont côtoyé de drôles d’oiseaux. Ainsi, des éléphants nains (Elephas falconeri) ont existé dans les îles méditerranéennes sans doute jusqu’à l’époque des Grecs de l’Antiquité. Ils n’atteignaient que 60 cm au garrot. Dans la même région ont vécu des chouettes géantes (la chouette de Crète Athene cretensis et la chouette des Baléares Tyto balearica), aussi hautes que ces éléphants !

Des bains de fourmis

Des oiseaux comme les geais, les pies, les merles et les étourneaux, prennent des bains de fourmis ! Certains s’accroupissent sur des fourmilières, ailes bien écartées, et attendent l’invasion des insectes grouillants. D’autres, plus pressés, prennent carrément des fourmis dans leur bec pour les poser sur leurs plumes ! Le but de la manœuvre ? Vraisemblablement de s’imprégner de l’acide formique éjecté par les insectes, car celui-ci possède des propriétés anti-parasitaires.

.05

Illustrations

Mon Pressbook d'aquarelles publiées ou inédites

En savoir plus